Calendrier liturgique, un jour

Calendrier grégorien, Pâque julienne

 

FÊTE DES FÊTES, SOLENNITÉ DES SOLENNITÉS :

12 FÊTES MAJEURES :

7 GRANDES FÊTES :

DIMANCHES :

dimanche 24 juin 2018

Ton 3 - 4ème dimanche après la Pentecôte.
Du jour, liturgie : Ro VI,18-23 ; Mt VIII,5-13.
Le Précurseur :
 - vêpres : 1) 21ème lecture composée Gn XVII,15-17,19,XVIII,11-14,XXI,1-2,4-8. ; 2) 22ème lecture composée Jg XIII,2-8,13-14,17-18,21. ; 3) 9ème lecture composée Is XL,1-3,9,XLI,17-18,XLV,8,XLVIII,20-21,LIV,1..
 - matines : 4ème évangile : Lc XXIV,1-12.
 - liturgie : Ro XIII,12-XIV,4 ; Lc I,1-25,57-68,76,80.

Nota :
9° lecture composée : Is XL,1-3,9,XLI,17-18,XLV,8,XLVIII,20-21,LIV,1.
21° lecture composée : Gn XVII,15-17,19,XVIII,11-14,XXI,1-2,4-8.
22° lecture composée : Jg XIII,2-8,13-14,17-18,21.
jp=77.

Textes pour la Liturgie
 modifier l'édition 

dédicace : le Seigneur la Mère de Dieu un(e) saint(e)
pdf         : ajouter la date ; corps de texte : pt      





textes pour la liturgie du dimanche 24 juin 2018
ton 3 - 4ème dimanche après la Pentecôte.

classe 1 : Grande Fête Nativité du saint prophète précurseur et baptiste Jean

Tropaire, ton 3 dimanche, la Résurrection
Que les cieux se réjouissent, / que la terre soit dans l'allégresse. / Car le Seigneur a déployé la force de son bras, / par la mort Il a terrassé la mort, / et s'est fait le premier-né d'entre les morts. / Il nous a délivrés des entrailles des enfers // et Il a accordé au monde la grande miséricorde.

Tropaire, ton 4 St Jean Baptiste
Nous ne savons pas comment te louer dignement, / ô prophète et précurseur de la venue du Christ, / nous qui te vénérons avec amour ; / car par ta glorieuse et sainte nativité, / la stérilité de celle qui t’a enfanté et la mutité de ton père ont pris fin, / et l’incarnation du Fils de Dieu // est annoncée au monde entier.

Kondakion, ton 3 dimanche, la Résurrection
Tu es ressuscité aujourd'hui du tombeau, ô Miséricordieux, / et Tu nous as écartés des portes de la mort. / Aujourd'hui Adam exulte et Ève se réjouit ; / avec eux prophètes et patriarches ne cessent de chanter // la force divine de ta puissance.

Gloire…
Kondakion, ton 3 St Jean Baptiste
Celle qui jadis était stérile / met aujourd’hui au monde le Précurseur, / celui qui récapitule toutes les prophéties ; / au Jourdain il a posé sa main sur celui qui avait été annoncé par les prophètes, // lui le prophète, le prédicateur du Verbe de Dieu et son précurseur.

Et maintenant…
Kondakion, ton 6 la Mère de Dieu
Protectrice assurée des chrétiens, / médiatrice sans défaillance devant le Créateur, / ne dédaigne pas les supplications des pécheurs, / mais dans ta bonté empresse-toi de nous secourir, / nous qui te clamons avec foi : / sois prompte dans ton intercession et empressée dans ta prière, // ô Mère de Dieu, qui protèges toujours ceux qui t’honorent.

Prokimenon, ton 3 (Ps. 46, 7 et 2) dimanche, la Résurrection
Chantez notre Dieu, chantez-Le, / chantez notre Roi, chantez-Le.
v. Toutes les nations, battez des mains, acclamez Dieu avec des cris de joie.
Autre prokimenon, ton 7 : Le juste se réjouit dans le Seigneur, et il espère en lui. (Ps. 63,11)   St Jean Baptiste

Lecture de l'épître du saint apôtre Paul aux Romains
(du jour) (Ro VI,18-23)
Frères, ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. - Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. - De même, donc, que vous avez livré vos membres comme esclaves à l'impureté et à l'iniquité, pour arriver à l'iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté. Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice.
Quels fruits portiez-vous alors ? Des fruits dont vous rougissez aujourd'hui. Car la fin de ces choses, c'est la mort. Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur.

(St Jean Baptiste) (Ro XIII,12-XIV,4)
Frères, la nuit est avancée, le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière. Marchons honnêtement, comme en plein jour, loin des excès et de l'ivrognerie, de la luxure et de l'impudicité, des querelles et des jalousies. Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ, et ne vous souciez pas de la chair pour en satisfaire les convoitises.
Faites accueil à celui qui est faible dans la foi, et ne discutez pas sur les opinions : tel croit pouvoir manger de tout, tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes. Que celui qui mange de tout ne méprise pas celui qui ne mange pas, et que celui qui ne mange pas ne juge pas celui qui mange de tout, car Dieu l'a accueilli. Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d'autrui ? S'il se tient debout, ou s'il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l'affermir.


Alleluia, ton 3 (Ps. 30, 2 et 3) dimanche, la Résurrection
v. En Toi, Seigneur, j'ai mis mon espérance, que je ne sois pas confondu pour l'éternité.
v. Sois pour moi un Dieu protecteur, une maison de refuge, pour me sauver.
v. Béni soit le Seigneur Dieu d'Israël : il visite et rachète son peuple. (cantique de Zacharie)   St Jean Baptiste

Lecture de l'Évangile selon Saint Matthieu
(du jour) (Mt VIII,5-13)
Comme Jésus entrait dans Capharnaüm, un centurion l'aborda, le priant et disant : « Seigneur, mon serviteur est couché à la maison, atteint de paralysie et souffrant beaucoup. » Jésus lui dit : « J'irai, et je le guérirai ». Le centurion répondit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ; mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri. Car, moi qui suis soumis à des supérieurs, j'ai des soldats sous mes ordres ; et je dis à l'un : “Va !” et il va ; à l'autre : “Viens !” et il vient ; et à mon serviteur : “Fais cela !” et il le fait. » Après l'avoir entendu, Jésus fut dans l'étonnement, et il dit à ceux qui le suivaient : « Je vous le dis en vérité, même en Israël je n'ai pas trouvé une aussi grande foi. Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l'orient et de l'occident, et seront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux. Mais les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. » Puis Jésus dit au centurion : « Va, qu'il te soit fait selon ta foi ». Et à l'heure même le serviteur fut guéri.

(St Jean Baptiste) (Lc I,1-25,57-68,76,80)
Plusieurs ayant entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, suivant ce que nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et sont devenus des ministres de la parole, il m'a aussi semblé bon, après avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine, de te les exposer par écrit d'une manière suivie, excellent Théophile, afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus. Du temps d'Hérode, roi de Judée, il y avait un prêtre, nommé Zacharie, de la classe d'Abia ; sa femme était d'entre les filles d'Aaron, et s'appelait Élisabeth. Tous deux étaient justes devant Dieu, observant d'une manière irréprochable tous les commandements et toutes les ordonnances du Seigneur. Ils n'avaient point d'enfants, parce qu'Élisabeth était stérile ; et ils étaient l'un et l'autre avancés en âge. Or, pendant qu'il s'acquittait de ses fonctions devant Dieu, selon le tour de sa classe, il fut appelé par le sort, d'après la règle du sacerdoce, à entrer dans le temple du Seigneur pour offrir l'encens. Toute la multitude du peuple était dehors en prière, à l'heure de l'encens. Alors un ange du Seigneur apparut à Zacharie, et se tint debout à droite de l'autel de l' encenss. Zacharie fut troublé en le voyant, et la frayeur s'empara de lui. Mais l'ange lui dit : « Ne crains point, Zacharie ; car ta prière a été exaucée. Ta femme Élisabeth t'enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. Il sera pour toi un sujet de joie et d'allégresse, et plusieurs se réjouiront de sa naissance. Car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante, et il sera rempli de l'Esprit Saint dès le sein de sa mère ; il ramènera plusieurs des fils d'Israël au Seigneur, leur Dieu ; il marchera devant Dieu avec l'esprit et la puissance d'Élie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé. » Zacharie dit à l'ange : « À quoi reconnaîtrai-je cela ? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge. » L'ange lui répondit : « Je suis Gabriel, je me tiens devant Dieu ; j'ai été envoyé pour te parler, et pour t'annoncer cette bonne nouvelle. Et voici, tu seras muet, et tu ne pourras parler jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, qui s'accompliront en leur temps. » Cependant, le peuple attendait Zacharie, s'étonnant de ce qu'il restait si longtemps dans le temple. Quand il sortit, il ne put leur parler, et ils comprirent qu'il avait eu une vision dans le temple ; il leur faisait des signes, et il resta muet. Lorsque ses jours de service furent écoulés, il s'en alla chez lui. Quelque temps après, Élisabeth, sa femme, devint enceinte. Elle se cacha pendant cinq mois, disant : « C'est la grâce que le Seigneur m'a faite, quand il a jeté les yeux sur moi pour ôter mon humiliation parmi les hommes. »
Le temps où Élisabeth devait accoucher arriva, et elle enfanta un fils. Ses voisins et ses parents apprirent que le Seigneur avait fait éclater envers elle sa miséricorde, et ils se réjouirent avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour circoncire l'enfant, et ils l'appelaient Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole, et dit : « Non, il sera appelé Jean. » Ils lui dirent : « Il n'y a dans ta parenté personne qui soit appelé de ce nom. » Et ils firent des signes à son père pour savoir comment il voulait qu'on l'appelle. Zacharie demanda des tablettes, et il écrivit : « Jean est son nom. » Et tous furent dans l'étonnement. Au même instant, sa bouche s'ouvrit, sa langue se délia, et il parlait, bénissant Dieu. La crainte s'empara de tous les habitants d'alentour, et, dans toutes les montagnes de la Judée, on s'entretenait de toutes ces choses. Tous ceux qui les apprirent les gardèrent dans leur cœur, en disant : « Que sera donc cet enfant ? » Et la main du Seigneur était avec lui. Zacharie, son père, fut rempli du Saint Esprit, et il prophétisa, en ces mots :
« Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
De ce qu'il a visité et racheté son peuple,
Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très Haut ;
Car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer ses voies,
Afin de donner à son peuple la connaissance du salut
Par le pardon de ses péchés,
Grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu,
En vertu de laquelle le soleil levant nous a visités d'en haut,
Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort,
Pour diriger nos pas dans le chemin de la paix. »
Or, l'enfant croissait, et se fortifiait en esprit. Et il demeura dans les déserts, jusqu'au jour où il se présenta devant Israël.


Verset de communion
Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux. (Ps. 148,1) dimanche, la Résurrection
Mémoire éternelle à l'homme qui est juste, il ne craindra pas les rumeurs du mal. (Ps. 111,6-7)  St Jean Baptiste
Alleluia, alleluia, alleluia.

[ haut de page ]


 

 

contacter

mentions légales